Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

film sténopé

  • ILJA

    This 35 mm pinhole movie is a portrait of the Dutch poet Ilja Leonard Pfeijffer, filmed in Genoa, where he lives. For this film, Ilja translated and read in Italian one of his poem, "Idillys 26", from the collection "Idyllen", Amsterdam (De Arbeiderspers) 2015.
    The pinhole camera plunges into a mysterious visit to the city guided by the poet...

    Original music by Smooth One

    ILJA (original version - italian - without translation) from JEROME SCHLOMOFF on Vimeo.

    ORIGINAL DUTCH VERSION

    26
    Ik hang de druiven op. Ik giet de wijn erin.
    Voorzichtig, een voor een vul ik ze met hun zin
    die in de grond zal zingen waar ze in verdwijnen.
    Ik plak het vlees aaneen tot dieren weer verschijnen
    die loeiend uit het slachthuis naar de weide snellen,
    waar zij steeds aaibaarder, steeds strakker in hun vellen,
    de boterbloemen planten met hun gulle monden
    en leven voor het stelpen van hun moeders wonden.
    Met planken richt ik bomen op. Hun kruin zal ruisen
    van vers ontbraden vogels die daar zingend druisen
    om terug te kruipen in een rond en glimmend ei.
    Ik repareer het venster met een zware kei,
    bouw steden uit ruïnes met een paar kanonnen
    die projectielen slikken met hun loop. Ontgonnen
    gebieden maak ik onontgonnen. Verre landen
    zie ik verlaten worden op hun blanke stranden
    door reizigers die kruizen uit de aarde trekken
    en op galjoenen achterwaarts voorgoed vertrekken,
    gezogen door de wind, gebrand om te vergeten,
    waardoor de wereld groeit met almaar minder weten.
    En elke nacht ontwaak ik dronken van plezier
    wanneer de feesten zijn waar wijn ontstaat en bier
    uit gulle kelen die steeds helderder gaan praten
    totdat ik in het middaglicht door volle straten
    met knipperende ogen naar mijn huis toe loop
    en brak en misselijk ga slapen in de hoop
    dat gisteren opnieuw een mooie dag zal zijn
    voor vrolijk braken van miljoenen liters wijn.
    Ik ben bevoorrecht. Dat besef ik heel erg goed.
    Waar mensen moeten, is er weinig wat ik moet.
    Ze stoppen drollen terug in baby’s. Elke dag
    gaan zij verplicht naar winkels om een groot bedrag
    aan euro’s af te halen. En er zijn geen banen
    om al dat geld aan uit te geven. Onderdanen
    van de productiemaatschappij zijn zij. Maar blij
    ben ik dat ik mijn passie volgen kan en vrij
    ben om mijn eigen poëzie met wit te schrijven,
    met een vasthoudendheid die zeker zal beklijven
    nauwkeurig over alle zwarte letters heen
    totdat er niets meer staat, geen twijfels meer en geen
    verdriet. Hondsmoeilijk is het. Soms doe ik niet meer
    dan zes of zeven regels op een dag. Ik leer
    om te doseren. Af en toe lukt het heel goed.
    Dan straalt het ongeschonden wit mij tegemoet
    als blanke pagina waar alles kan gebeuren.
    En zo precies, mijn lief, tracht ik je zoete geuren
    te snuiten uit mijn neus, je handen terug te draaien
    die als een koorts nog altijd op mijn slapen laaien.
    Zoals ik vruchten maak uit stukgekookte borden
    en traag stroomopwaarts drijven de barbaarse horden,
    zoals ik liederen met toetsen kan verstommen
    en schitterende steden bouw met zware bommen,
    zo wou ik dat ik jou pas morgen had ontmoet
    en alles wat ooit fout ging, ging dan zeker goed.

     

    ENGLISH TRANSLATION

    26
    I’ll hang up the grapes, I’ll pour in the wine,
    until they’re brimming and tingling on the vine,
    they’ll sink singing into the soil and disappear.
    I’ll stick the fleshy meat back on until cows reappear
    that rush lowing from slaughterhouse to pastures wide,                        
    growing ever cuddlier and plumper beneath their hides,                      
    they will replant daisies with their generous maws,
    and live only to staunch their mothers’ sores.
    I’ll use planks to reconstruct trees. Their crowns will sigh
    with freshly unroasted birds on boughs, whereby
    they’ll crawl back into eggs so perfectly round and white.
    I’ll repair shattered windows using rocks to smite,
    turn ruins into cities shooting cannonballs,
    while gun’s barrels swallow bullets from old city walls.
    I will un-mine the mines. And far-off foreign realms
    will be abandoned to beaches spotted from the helms
    of the ships of travelers who pull crosses from the ground
    and sail backwards on galleons ever homeward bound,
    drawn along by strong winds, burned to nothingness,
    and you know, the world grows, as it learns less and less.
    Now every night I awake punch drunk with pleasure
    at parties where red wine is produced at leisure,
    beer gushes from throats, and words become sweet,
    until I stroll those busy streets in the midday heat,
    my eyes blinking awake as I go home without moping,
    where, queasy and broken, I go to sleep hoping
    that yesterday’s yesterday will be yet again fine,
    another day for spewing liters and liters of wine.
    I am highly privileged, I am very much aware,
    so little to do all day, while other people bear
    the burden of putting the shit back in babies.
    They’re forced to go to the shops and fetch crazy
    amounts of fresh-minted dosh. There aren’t enough jobs
    to spend that money on. They are the underdogs
    of our production society. But as for me, I am content
    to pursue my passions, to rewrite and re-invent
    my poetry all day long, a black not white obsession
    with a dedication sure to leave a lasting impression,
    carefully going over those printed letters one by one
    until there’s nothing left and everything has gone,
    no sorrow, no doubt. It’s a pig. Sometimes I do less
    than six or seven lines a day. I try to avoid excess
    that way, sometimes I manage to my satisfaction.
    But then the virgin white springs back into action,
    a blank page upon which anything can fall short.
    And it’s just the same, my love, as trying to snort
    your sweet smells out of my nose and dismiss now
    your hands that rested like a fever upon my brow,
    the way I craft luscious fruits from potted jams,
    and barbarian hordes drift upstream like lambs.
    It’s like the way I can silence songs with music
    and build beautiful cities using modified Uzis,
    just like I believe if only I had met you tomorrow night,
    everything that has gone wrong would go right.

    © Translation: 2016, Michele Hutchison
    First published on Poetry International, 2016

     

     

  • Y HE AQUI LA LUZ - ET VOICI LA LUMIERE - MAMU BOGOTA

    schlomoff,la palombière,camera dei sogni,cnap,bidhan jacobs,film sténopé,pinhole movie,museo de arte miguel urrutia,pascale beausse,marc sanchez

    2 pinhole movies presented :

    "La palombière" https://vimeo.com/119133323

    "Camera dei sogni" https://vimeo.com/190353219

     

    Texte pour le catalogue d'exposition par Bidhan Jacobs

    Jérôme Schlomoff, photographe, plasticien et cinéaste français, vivant et travaillant à Amsterdam, mène notamment une investigation de la lumière et une réflexion sur les fondements des dispositifs visuels. Une telle entreprise figurative et technique nécessitait de repenser le système d’obtention d’images. Ainsi, parallèlement à son travail sur le thème du portrait depuis 1984, a-t-il développé une œuvre radicale dont les processus techniques remontent à la camera obscura : le « Sténopé d’Architecture » dès 1996 qui confère le rôle du photographe à l'architecte en transformant son architecture en appareil photographique, la projection sténopé qui s’apparente à une installation in situ, et le film sténopé noir et blanc depuis début 2000. Les premier et second s’inscrivent dans la tradition de la chambre obscure (pièce rendue aveugle) datant au moins du XVIe siècle, tel le physicien néerlandais Rainer Gemma Frisius en 1545 qui l’a utilisée pour ses observations astronomiques. Citons parmi les Sténopés d’Architecture le pavillon allemand de Mies van der Rohe (1996), et parmi les projections sténopé Appartement22 (2015) à Rabat. Les films sténopé convoquent simultanément les dispositifs héliographiques de Nicéphore Niepce des années 1820 et les outils que les pionniers du cinéma inventaient avec ingéniosité et liberté à la fin du XIXe siècle. Indiquons, parmi de nombreux autres, le dernier film sténopé de Jérôme Schlomoff, fin 2016, consacré au poète hollandais Ilja Leonard Pfeijffer. Installations et films constituent une seule ample œuvre sténopé : projections et prises de vues. Dans son travail filmique, Jérôme Schlomoff déploie une remise en cause érudite de toutes les procédures optiques qui le conduit à un acte radicalement autre de filmer, ralenti, parce que ses caméras nécessitent des temps d’exposition de quelques secondes et qu’il choisit d’avancer la pellicule manuellement, photogramme par photogramme, en déplaçant sa caméra entre chaque micro-détection. Aussi peut-il se consacrer à la contemplation du monde, dans le sens de le considérer attentivement par les yeux et par la pensée.

     

    La Palombière (2002)

    Jérôme Schlomoff construit en 2001 une caméra sténopé avec une boîte en carton percée d’un fin trou, dans laquelle il place une pellicule photographique 35mm de 36 vues, avancée par une manivelle en plastique. La Palombière en est le premier accomplissement filmique, dont la brièveté – 56 secondes – évoque les « minutes » Lumière de 1895. Notons au préalable quatre déterminations techniques complémentaires : tout d’abord, un léger flou des images à la prise de vue ; ensuite, la fixité de la caméra à chaque micro-détection, qui permet de ne générer aucun flou filé ; par ailleurs, le télécinéma artisanal que le cinéaste a conçu à partir d’un refilmage en numérique des images mouvantes projetées à partir d’une ancienne visionneuse employée pour le montage des films 35 mm, qui opère, d’une part, une hybridation entre les textures argentiques et numériques, et de l’autre, une exploitation des ressources plastiques générées par le point chaud de la lampe de la visionneuse ; enfin, un mixage son sophistiqué (crissements de pas dans le gravier, aboiements de chiens, bruits de la visionneuse, souffles et respiration de l’écrivain François Bon, ami et collaborateur privilégié du cinéaste). Jérôme Schlomoff construit, depuis l’intérieur de cette palombière des Landes, un flux discontinu, irradiant et palpitant, créant une fulgurance d’impressions qui nous mène du parcours d’une galerie dont la pénombre est entrecoupée d’une vive lumière, à une petite ouverture brillante qui s’agrandit jusqu’à révéler à l’extérieur des volatiles. Ainsi, cette structure en bois aménagée pour chasser les palombes à l’affût sert-elle très exactement de métaphore des fonctions d’une chambre obscure : piéger la lumière, capturer des images.

     

    Camera dei sogni (2002)

    En 2002, Jérôme Schlomoff fabrique sa FM35’’S bi-objectif en reconfigurant un vieux chargeur de caméra 35mm trouvé dans une brocante du Photo Club de Fleury-Mérogis, munie d’une plaque de laiton pivotante percée de deux fins trous, et pouvant contenir une bobine de trente mètres de pellicule. Camera dei sogni naît de cette merveille d’agencement de technologies anciennes, à Castelvecchio en Italie. La « chambre » du titre est bien sûr triple : la caméra sténopé, son ancêtre la camera obscura et la chambre mystérieuse représentée dans le film. Le lien historique entre la chambre obscure du XVIe siècle, l’appareil photographique et la caméra sténopé est explicité. Mais, par ailleurs, cette assimilation du dispositif cinématographique à cette chambre des rêves, permet à Jérôme Schlomoff d’user de sa caméra non plus seulement comme d’un outil de détection de la lumière, mais aussi comme un instrument de révélation des puissances de l’inconscient. En effet, quatre principes d’instabilité sont à l’œuvre : la longue exposition de chaque photogramme superposant les variations d’intensités lumineuses ; la modification de l’ouverture ; et le changement d’angle azimutal ou latéral de la caméra et son déplacement entre chaque détection. Ils déterminent ces formes dilatées vibrantes au sein d’un iris poreux et labile, qui figurent par exemple un chemin dans la forêt en visions fugaces de grotte mouvante, flammes, flots, fumées, nuages, nuées. La caméra sténopé permet ainsi, par la lumière, l’inscription du psychisme sur la pellicule.

     

    Bidhan Jacobs :

    Chercheur post-doctoral du Labex Arts-H2H de Paris 8 à l’ENS Louis-Lumière sur le sujet des expérimentations optiques contemporaines, Bidhan Jacobs a soutenu une Thèse à Paris 3 sous la direction de Nicole Brenez à paraître en 2017 sous le titre Esthétique du signal. Il est codirecteur de l'ouvrage collectif Le cinéma critique. De l'argentique au numérique, voies et formes de l'objection visuelle (2010). Il est actuellement chargé d’enseignement à Paris Est et Paris 3.

  • CULTURE CHANEL - LA DONNA CHE LEGGE - VENEZIA 2016

    7 pinhole movies realized for the exhibition
    CULTURE CHANEL - LA DONNA CHE LEGGE
    Exhibition
    The Ca' Pesaro museum
    Venezia - Sept 2016 / Jan 2017
    Curator Jean-Louis Froment

    CULTURE CHANEL - LA DONNA CHE LEGGE - VENEZIA 2016 from JEROME SCHLOMOFF on Vimeo.

    MORE INFORMATION : http://culture.chanel.com/fr/le-musee-ca-pesaro

     

  • BEATRIX WILLEM ALEXANDER & MAXIMA 30-04-2013

    This pinhole movie testifies, in the manner of "newsreels", of the coronation of Willem-Alexander in Amsterdam. April 30, 2013, Queen Beatrix abdicates and appoints his eldest son, Prince Willem-Alexander, King of Holland. Princess Máxima becomes the new Queen of Holland ...

    BEATRIX WILLEM ALEXANDER & MAXIMA 30-04-2013 from JEROME SCHLOMOFF on Vimeo.

    PRESENTATION OF A NEW COLLECTION

    This film is part of my collection, "newsreels". Faithful to the tradition of newsreel for cinema (at a time when television did not exist) I film as a reporter with my pinhole camera, an important event. Each film deals with a news, with the means of cinema which blend poetry, magic and the aberrations pinhole images.

     

    MY INTENTION

    Once again, I am interested in the significance of the images resulting of constraints and the aberrations, when I use my pinhole camera to film "newsreels". This type has disappeared from movie theaters in favor of advertising, it has definitely converted into video report gradually and when television ensured its technological mutation, causing his media domination on the cinema. But what remains of about 2':48'' of an event seen in a TV news, one looks more on a screen that fits in your hand ?

     

    I try to bring the news to the cinema, to replace it in another space-time, that of a distant time when you could just go to the cinema to see the news, to learn, to discover, to dream. And never mind thatwedid not likethe film after...

  • Biennale d'Art Contemporain d'Anglet 2013 - Films sténopé

    La nouvelle édition de la Biennale d’art contemporain d’Anglet se tiendra du 25 mai au 1er septembre 2013. Cette jeune Biennale a pour enjeu de proposer à des artistes contemporains de prendre possession du paysage singulier de la ville d’Anglet, station balnéaire du littoral basque. Cet été, une dizaine d’artistes et un collectif vont investir la ville en partageant leurs créations artistiques avec le public local et estival. Un appel du large, une invitation à se projeter dans un ailleurs.

    Didier Arnaudet.

    Proposition Biennale 2013
    Galerie Georges Pompidou - Bibliothèque municipale
    tous les jours 10h-12h et 14h-18h

    schlomoff,new york zéro zéro, amsterdam reconstruction, biennale d'Anglet, arnaudet, smooth one, film sténopé

    images extraites des films sténopé : "new york zéro zéro" & "Amsterdam reconstruction"


    Fragiliser notre certitude à voir le réel

    Faire des films avec des moyens techniques archaïques, comme le sténopé, consiste à spéculer sur les aberrations technologiques pour s’emparer de la poésie qui s’en dégage et parier sur un nouveau langage constitué d’images fragiles affectant la mémoire, au point que le réel n’est plus tout à fait reconnaissable. Face à ce manque d’identification, l’imaginaire se met en marche et le visiteur devient acteur de sa propre lecture de ce flux d’images qui lui parvient, aujourd’hui, d’un temps ancien. Jérôme Schlomoff profite de l’architecture du lieu d’exposition - un manège octogonal sous chapiteau - pour projeter simultanément une sélection de films sur les huit murs. Ces images archaïques produisent une perception poétique du réel, et s’opposent au brouillage opéré par les images hautement technologiques qui envahissent tout par leurs mises en boucle et banalisent le réel par leur répétition rebondissante.

    Installation, projection simultanée sur 8 murs des films sténopé :

    "new york zéro zéro" & "Amsterdam reconstruction" et de divres séquences de films sténopé.

    Musique SMOOTH ONE

    Lien pour voir la vidéo de travail de l'installation

    http://vimeo.com/67135014