Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Atelier - Page 2

  • Appartement22 - Résidence d'artiste - Rabat - Maroc

    « Projection Sténopé » Appartement22 – Rabat – 9/13 Mars 2015

     

     Projet présenté par Jérôme Schlomoff – Amsterdam – Janvier 2015

     

     

     

     

    appartement 22

    « Projection sténopé » l’Appartement22. Photo de la première installation en mars 2007. Photo DR, courtesy A. Karroum.

     

     

    Petit historique

     

    En mars 2007, j’ai été invité à l’inauguration de la Bibliothèque Associative Internationale d’Art Moderne & Contemporain, de Rabat, pour faire des portraits des membres fondateurs. C’est à cette occasion, qu’Abdellah Karroum m’a fait visiter pour la première fois, l’Appartement22. Il m’a proposé de m’inviter, prochainement, en résidence pour réaliser un projet de mon choix. Je lui ai alors répondu : « Pourquoi prochainement ? Si tu as une perceuse, je peux te faire un trou dans le store de l’appartement, et tu auras de suite une installation sténopé, originale et permanente, sous la forme d’une projection renversée, de la vue sur la rue, dans l’appartement. »

     

    Nous avons convenu de faire ce simple trou, comme première installation, et que nous prendrions le temps de développer ce projet ultérieurement…

     

    Il n’y avait pas de perceuse, mais dans la boîte à outils, j’ai trouvé une chignole et j’ai fait un trou, trop petit pour fonctionner correctement, alors je l’ai élargie, avec un gros tournevis. Ce trou était un peu « moche », mais c’est bien toute l’avenue Mohamed V, qui se projetait à l’envers dans la pièce, lorsque le store était fermé…

     

    Aujourd’hui, C’est dans le but de « réactiver » ce projet initial, que je suis invité à reprendre & développer la « Projection Sténopé » de l’Appartemment22.

     

     

    Le Principe de la chambre noire

     

    La camera obscura (chambre noire), munie de son sténopé (œil étroit), est l’ancêtre de l’appareil photographique.

     

    Il suffit de prendre n’importe quelle boîte étanche à la lumière et de percer un petit trou en guise d’objectif.

     

    La lumière qui entre dans la boîte, par l’étroitesse de ce trou, subie simultanément les deux effets optiques suivants :

     

    Focalisation

    l’image projetée par la lumière, au fond de la boîte, est nette.

     

    Diffraction

    l’image projetée par la lumière, au fond de la boîte, est à l’envers (haut-bas), et inversée (gauche

    droite).

     

     Avec le dessin ci-dessous, je vous invite à entrer dans une « camera obscura géante » pour observer ce phénomène.

     

     

    images-1.jpg

    Illustration D.R.

     

    Du sténopé à la « Projection Sténopé », en passant par le « Sténopé d’Architecture »

     

    J’ai toujours fait des photographies avec des appareils sténopé. J’en ai fabriqué de toutes sortes. Travailler avec un sténopé me permet de travailler autrement. C’est se « débarrasser » de « l’encombrante » technologie photographique, pour faire des images, avec un minimum de moyen.

     

    En 1996, je me suis basé sur le principe de la chambre noire pour réaliser mon premier « Sténopé d’Architecture ». Dans ce contexte, je transforme l’architecture en appareil photo. Je mets le bâtiment au noir, et je fais un trou (sténopé) aux fenêtres. L’architecture devient un appareil photo géant. Derrière chaque fenêtre, je fais des photographies de la vue observée, en plaçant un négatif en face du trou, que j’expose à la lumière qui entre par ce trou et projette l’image du dehors sur le négatif. J’ai eu recours au sténopé pour répondre à la demande qui m’était faite, de faire le lien en « Architecture & Photographie ». Quel meilleur lien que de transformer l’architecture en appareil photo, pour photographier ce que l’architecture nous donne à voir à travers ses « ouvertures sur le monde », que sont les fenêtres, comme autant d’objectifs en attentes ?

     

    En 2000, je me suis encore basé sur ce principe pour me fabriquer une caméra 35mm sténopé en carton. Une fois de plus, le recours au sténopé m’a permit de réaliser un projet que je ne pouvais pas envisager financièrement. Mais le plus important, c’est que les contraintes techniques que j’ai rencontrées, tout au long de cette expérimentation, m’ont conduit à élaborer un langage cinématographique propre à ce dispositif.

     

    En 2007, lorsqu’il a été question de m’inviter pour réaliser un projet de « Sténopé d’Architecture » de l’Appartement22, j’ai de suite pensé, qu’en attendant de faire ce « sténopé d’architecture », je pouvais mettre en place la « projection sténopé » qui nous permettrait de d’observer ce phénomène optique, comme si nous étions dans l’appareil photo. Ce geste spontané, de faire un simple trou, pour nous offrir la vision d’une projection sténopé dans un espace choisi, est différant de celui de se servir de l’architecture pour faire des photographies du monde qui l’entour. Ici, il est question de vivre émotionnellement l’expérience « renversante » de pénétrer dans la chambre noire de l’appareil photo pour observer la « projection sténopé ».

     

    Au-delà de cette approche, je souhaite profiter de la « réactivation » de ce projet de « Projection Sténopé », pour expérimenter et développer certaines interventions autour de l’idée de projection…

     

     

    Le projet

     

    1Réalisation d’un nouveau trou sténopé dans le store de la pièce principale de l’Appartement22

     

    2Calfeutrage au noir des éventuelles ouvertures au jour.

     

    3Réalisation d’un film numérique de la projection dans la pièce.

     

    4Expérimentation pour l’installation de petits écrans en papier calque et de miroirs, suspendus dans

    l’espace…

     

    5Réalisation d’un tracé au mur, de la projection sténopé, comme un dessin au trait de la projection.

    Il serait visible lorsque le store est ouvert (installation éphémère, pour la durée de la résidence) Je

    réaliserai des photographies & un film numérique pour garder mémoire de ce dessin.

     

    6 Un workshop autour du sténopé, sera organisé avec Jeanne Mercier, de l'association Afrique  in

    Visu

     

    infos Appartement22

    http://www.appartement22.com/spip.php?article398

     

    infos Afrique in Visu

    http://www.afriqueinvisu.org/

     

     

    Lien permanent Catégories : Atelier, Photo & Film 0 commentaire
  • OPEN ATELIER - WHAT IS PINHOLE PHOTOGRAPHY ?

    This weekend (31/05 - 01/06) I'll be building a new pinhole box with a Ruinart campagne box of 1 liter.

    Het Atelier will be open, you are welcome (14:00 / 18:00)

    schlomoff, hat atelier, label impatience, what is pinhole photography

    pinhole box with a case of Ruinart campagne 20x25 cm.

     

    LABEL IMPATIENCE HET ATELIER JEROME SCHLOMOFF

    LIJNBAANSGRACHT 66 _ 1015 GV _ AMSTERDAM

    Lien permanent Catégories : Atelier 1 commentaire
  • INVITATION - GUEST ARTIST MAARTEN BRINKMAN

    INVITATION

    Maarten Brinkman will be my guest in my atelier for an event during the weekend of May 10-11, 2014. Maarten is offered to make an ephemeral installation, which will be presented to the public during this weekend.

    YOU ARE WELCOME

    OPENING :
    Saturday, May 10, 2014 from 12:00 to 19:00 
    Sunday, May 11, 2014 from 12:00 to 19:00 

    LABEL IMPATIENCE - HET ATELIER - JEROME SCHLOMOFF
    Lijnbaansgracht 66 
    1015 GV  Amsterdam

    maarten brinkman, jerome schlomoff, thread skeatch, label impatience het atelier

    "Thread-Sketch" - Maarten Brinkman

    www.maartenbrinkman.nl
    www.schlomoff.com

     

    Lien permanent Catégories : Atelier 0 commentaire
  • GUEST ATIST MAARTEN BRINKMAN - het atelier jérôme schlomoff -

    Maarten Brinkman will be my guest in my atelier for an event during the weekend of May 10-11,  2014.

    I offered to Maarten to make an ephemeral installation, which will be presented to the public during this weekend.

     

    In preparation of this event, Marteen installed this first artwork

    maarten brinkman, schlomoff, het atelier jérôme schlomoff,

    maarten brinkman, schlomoff, het atelier jérôme schlomoff,

    OPENING :

     

     Saturday, May 10, 2014 from 12:00 to 19:00

     

     Opened on Sunday 11 same time

     

     LABEL IMPATIENCE - HET ATELIER – JEROME SCHLOMOFF

     

    LIJNBAANSGRACHT 66 - 1015 GV - AMSTERDAM

     

     www.maartenbrinkman.nl

     

    www.schlomoff.com

     

     

    Info about Maarten Brinkman

    I too sometimes feel uneasy about my art.

    My work is about wonder, surprise. As a child I could endlessly assort grains of sand by colour and spend the whole day at it. As adults we have put everything in pigeon-holes. What is important and what is not. A tree immediately ends up in box ‘tree’, and so you don’t really look at the tree anymore. Snow is white, and if you look properly you see that it can also be pink,grey or yellow. To see something that way you must let go of your established ideas and go and look

    Wonder or surprise I evoke especially by using everyday materials and simple techniques. The viewer should really be able to make it himself.
    When does something become art? How many holes do you have to cut in a sheet of paper, or how must you hang up a branch, or place a stone. With a small intervention you can suddenly change something ordinary into something quite different, I am still amazed by this. In fact I am always searching for the turning-point - the moment when a stroke on a piece of paper changes into a bird. That is the point where people can step into their imaginary world.

    The lure of material and technique is constantly lying in wait, for they both have the tendency to come to the fore front and to suppress the story by doing so.

    Sometimes that simplification and the searching for that one point leads to ‘meagre’ art. I don’t always feel comfortable with it, it tends towards confrontation. But that is how it will have to be.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------

    Ik voel me zelf ook wel eens ongemakkelijk bij mijn kunst.

    Mijn werk gaat over verwondering. Als kind kon ik eindeloos zandkorreltjes op kleur leggen en daar de hele dag in opgaan. Als volwassene hebben we alles in hokjes gestopt. Wat belangrijk is en wat niet. Een boom komt onmiddellijk in het vakje boom en daardoor kijk je niet meer echt naar de boom. Sneeuw is wit, maar als je goed kijkt zie je dat het ook roze, grijs of geel kan zijn. Om zoiets te zien moet je vaststaande ideeën loslaten en gaan kijken.

    Verwondering roep ik vooral op met alledaagse materialen en eenvoudige technieken. De toeschouwer zou eigenlijk in staat moeten zijn om het zelf te kunnen maken.
    Wanneer wordt iets kunst? Hoeveel gaten moet je knippen in een vel papier, of hoe moet je een tak ophangen of een steen neerleggen. Met een kleine ingreep verander je iets gewoons plotseling in iets heel anders, Ik verbaas me daar nog steeds over.

    Eigenlijk ben ik altijd op zoek naar het omslagpunt – het moment waarop een streepje op papier verandert in een vogel. Dat is het punt waarop mensen in hun verbeeldingswereld kunnen stappen.

    De verleiding van materiaal en techniek ligt constant op de loer, want ze hebben beide de neiging om op de voorgrond te willen treden en daarbij het verhaal weg te drukken.

    Soms leidt die versimpeling en dat zoekende naar dat ene punt tot ‘karige’ kunst. Ik voel me daar niet altijd prettig bij, het heeft de neiging tot confronteren. Maar dat moet dan maar zo zijn.

    www.maartenbrinkman.nl

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Atelier 0 commentaire